Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2009

Écrit par Paul Deschamps

Piqué sur La Grande Époque

L’histoire de la Chine moderne est écrite, ou masquée, par les censeurs. Heureux de l’approche «d’engagement» de l’administration Bush, il semble que le régime chinois accueille la venue de Barack Obama avec un peu de nervosité. En quoi un président se disant ouvert sur le monde pourrait-il représenter un obstacle aux ambitions de grandeur du gouvernement chinois, surtout que sa secrétaire d’État, Hillary Clinton, est l’épouse du président américain qui s’est rapproché le plus du Parti communiste (PCC)?

Avec une économie qui ralentit à faire frémir les grands argentiers et les mandarins rouges, pour des raisons qui ne sont pas toutes liées à la crise mondiale comme certains essaient de le faire croire, il semble que ce sont les penchants protectionnistes de M. Obama qui causent le plus d’inquiétude. Et peut-être aussi cette rhétorique appelant à «l’espoir», au «changement» et à la «démocratie». Non entachées encore par la machine de Washington, les paroles d’Obama sur la liberté dans le monde ont plus de poids que celles de George W. Bush.

Pékin a-t-elle peur que son peuple en laisse se mette à rêver comme les Américains? Que, malgré des années de brainwashing, il réalise finalement que la venue d’un Noir à la présidence confirme que la démocratie existe et fonctionne en Occident?

«Mais la Chine s’ouvre et a tellement changé», disent les défenseurs du régime communiste. Elle fait même «maintenant pleinement partie de la communauté internationale», selon Michel Cormier de Radio-Canada. Des Jeux olympiques et hop! Le tour est joué.

Elle a tellement changé que lorsque Barack Obama, 44e président des États-Unis, a prononcé le mot «communisme», la télévision d’État a interrompu la diffusion en direct du discours d’inauguration.

«Souvenez-vous que les précédentes générations ont tenu tête au communisme et au fascisme pas seulement avec des missiles et des chars, mais avec des alliances solides et des convictions durables», a déclaré Barack Obama au Capitole.

À la China Central Television (CCTV), immense machine de censure et de propagande, ces mots d’Obama ont déclenché une petite panique. L’animatrice s’est même laissée surprendre et semblait désorientée. De nulle part, elle a commencé à discuter de la crise économique aux États-Unis avec la correspondante sur place, qui semblait tout autant prise de court.

Dans le discours d’Obama publié par l’agence officielle Xinhua, le mot «communisme» a été effacé. Le régime a défendu cette censure en avançant le droit éditorial.

Outre le «communisme» – qui décidément est encore important pour l’élite au pouvoir afin de protéger un passé sanglant et honteux, et de préserver la domination de l’appareil étatique actuel – les paroles d’Obama sur la dissidence ont aussi subi le couperet.

«À ceux qui s’accrochent au pouvoir par la corruption et la fraude, et en bâillonnant la dissidence, sachez que vous êtes du mauvais côté de l’histoire, mais que nous vous tendrons la main si vous êtes prêts à desserrer votre poing.» Malheureusement pour Obama, les États-Unis ont tendu la main au PCC en 1972 et ce sont ses argents qui ont en grande partie permis de maintenir au pouvoir l’actuel régime corrompu et répressif. Pékin finance maintenant la dette américaine. Obama veut tendre la main alors qu’on lui fait une clé de bras.

Read Full Post »

Personne ne pleure la perte d’argent des grands financiers et multinationales dans l’actuelle crise économique. Mais on s’inquiète avec raison des répercussions sur les emplois.

À l’extérieur de cette dichotomie, les impacts stratégiques sont assez importants. On note que la Russie n’a plus de son mordant avec un baril de pétrole à 40 $. Elle n’a plus les moyens d’agiter le sabre. D’autres « pétrodictatures » comme l’Iran et le Venezuela vivent des situations similaires. Pour la paix dans le monde, c’est très bien. Ces régimes qui commanditent le terrorisme rouge ou islamiste doivent réviser à la baisse leurs politiques d’expansion.

Dans ce sens, la crise économique a ses avantages. Mais on voit aussi très clairement à qui peut profiter l’instabilité géopolitique, comme ces régimes dépendent des prix élevés du baril de pétrole pour survivre.

La Chine est sévèrement affectée par la crise, mais pour des raisons différentes. Contrairement à ce qu’elle tente de faire croire, sa situation n’est pas complètement un résultat de la conjoncture mondiale. Avant que la crise sévisse, selon des chiffres officiels 67 000 entreprises avaient fermé leurs portes dans la première moitié de 2008. Puis au moment des Olympiques, la bourse de Shanghai piquait déjà du nez.

Cette mauvaise situation économique en Chine est excellente. L’insatisfaction doit s’amplifier pour un rejet complet du modèle imposé par le Parti communiste.

Aussi, l’expansion de l’influence de Pékin doit absolument être stoppée, car elle s’impose au détriment de nos droits et libertés (sans mentionner la situation intérieure qui ne s’améliore pas).

Le régime chinois compte cette année lancer une chaîne de télévision internationale style CNN en anglais, français, russe et arabe, avec sa télévision d’État CCTV. Le but explicite est de renforcer la propagande à l’étranger. Nicolas Bequelin de Human Rights Watch en parle dans une lettre publiée dans le Wall Street Journal.

En plus, Pékin pourrait profiter de la situation économique difficle de certains médias étrangers pour se les approprier, exerçant ainsi un contrôle accru sur le contenu. Déjà que nombreux médias étrangers sacrifient de leur indépendance simplement pour avoir le droit d’être en Chine, ce sera terrible si les tentacules de Pékin s’étendent. Déjà que la majorité des médias chinois à l’étranger son contrôlé par le Parti communiste…

Alors voilà une bonne raison de souhaiter une crise économique profonde à la Chine : éviter le financement de ses projets liberticides. Si moins d’argent peut être investi dans la répression interne et dans sa machine militaire, alors le monde libre en ressort gagnant.

Politiciens et financiers, enlevez vos oeillères.

Read Full Post »

Le journal britannique Telegraph nous apprend que l’argent destiné aux victimes du séisme du Sichuan en Chine en mai 2008 a été utilisé par les fonctionnaires locaux corrompus pour acheter des véhicules de luxe. Quelqu’un est surpris?

Sichuan earthquake relief money spent on luxury cars

Officials in Sichuan province have outraged donors by buying a series of luxury cars while millions of refugees face freezing temperatures in makeshift shelters.

Sichuan earthquake relief money spent on luxury cars

Officials in Sichuan province have outraged donors by buying a series of luxury cars while millions of refugees face freezing temperatures in makeshift shelters. Photo: EPA

Almost every Chinese person donated money in the wake of the Sichuan earthquake last May in a display of charity that unified the country. The disaster claimed the lives of more than 87,000 people and was the deadliest earthquake to strike China for half-a-century.

However, there is growing evidence that a large slice of their pledges has been siphoned off or misused by local officials.

According to China’s National Audit Office, there have been close to 2,000 complaints of corrupt behaviour. Some local officials exaggerated the death tolls in their counties in order to grab a larger share of relief aid. In Chongzhou City, the tourism bureau and transport department filed their paperwork twice in order to win 1.23 billion yuan (£123m) of additional aid.

The latest outrage came when a full inventory of the luxury cars purchased by Beichuan County was leaked onto the internet. Beichuan was totally destroyed and 3,000 of its residents have been consigned to temporary shelter for the next three years while a new site is chosen for their town.

According to the inventory, a number of top-of-the-range Toyota Land Cruisers and Nissan X-Trails were purchased, one of which cost over 1.1 million yuan (£110,000).

« Have you donated money for the earthquake yet? Are Beichuan’s disaster victims all going to to get through winter with warmth? These we have no way of knowing, but what we know is that Beichuan’s ‘civil servants’ and ‘official bosses’ are doing very well, » wrote one anonymous internet commentator.

« With almost every model, higher-end versions were chosen. For example, a Toyota Prado was purchased with a navigation system. The earthquake must have ruined the geography so much the leaders can no longer remember the roads, » he added.

A spokesman for Beichuan council said the cars were bought through a « standard procedure » and that « the purchases will not be cancelled because of public pressure. » He added that the cars were « emergency communication command cars, not business cars » and that the mountainous area made it impossible to use normal cars.

The scandal broke as Wen Jiabao, the Chinese prime minister, visited the earthquake zone in the run-up to Chinese New Year.

Read Full Post »

Jamais je ne l’aurais cru… Tomber dans l’oeil des propagandistes chinois qui naviguent le web pour trouver des articles  défavorables au régime communiste et ensuite écrire des commentaires qui ne font pas de sens pour défendre le régime…

C’est fait! J’ai un vrai blog de dissident chinois! On me surveille et j’ai le privilège d’être la cible de Charles Liu, un individu impliqué dans cette tâche de porte-parole web du Parti communiste chinois. Charles Liu a écrit un commentaire sur un de mes articles en essayant de discréditer le rapport Kilgour-Matas sur les prélèvements d’organes forcés en Chine. C’est peine perdue pour lui.

Qui est-il vraiment? J’ai appris à le connaître en lisant sa propagande ici et là, puis finalement un magazine a même fait un topo sur lui et ceux de son type. Lisez ici.

Puis un autre blogueur réputé, Ezra Levant, parle de Charles Liu également.

J’ai vraiment pitié pour ce type.

***

À part ça, merci pour tous ceux qui me visitent malgré mon manque d’assiduité. J’espère vous renseigner tout en vous divertissant un peu.

Ciao

Read Full Post »