Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Londres’

Relais de la flamme olympique à San Francisco.Partout où elle va, la torche olympique traîne un dispositif de sécurité à rendre jaloux n’importe quel dirigeant. C’est à croire que son existence vaut plus que la vie d’un être humain, plus que la vie d’un être humain au pouvoir.

Ethan Gutmann, dans l’article que j’ai affiché dans mon dernier billet, semble avoir vu juste. La balade de la flamme olympique partout dans le monde, une scène sans précédent depuis qu’Hitler a institué la tradition en 1936, a pour but de montrer un certain « nouvel ordre mondial » où la Chine reprendrait son poste antique d’empire du Milieu.

Pour des Chinois, c’est source de fierté. Mais pour ceux qui acceptent de voir le régime chinois pour ce qu’il est, une dictature brutale ayant pris la vie de 80 millions en 60 ans, il n’y a rien de réjouissant.

Cette action toute politique de parader le symbole d’Olympiques controversées dès leur octroi, ne pouvait qu’engendrer une réponse miltitante. Il n’y a pas eu de « politisation » du truc. La déviation vers le politique n’est pas neuve. Les Jeux étaient politiques à Berlin, ils l’étaient aux États-Unis, à Tokyo, à Montréal, à Moscou, à Séoul, etc. Alors cessons de nous perdre dans des débats de « politisation du sport ». C’est un argument battu depuis longtemps.

Puis nous le savons bien, il n’y pas de pureté dans le milieu. Drogue, triche, commanditaires, compétition patriotique… Le plus vil de l’être humain côtoie de peine et de misère des idéaux que même ceux qui doivent les faire respecter ne sont pas à même de saisir : « dignité humaine », « droits de l’homme », « développement pacifique », etc.

« Aucun symbole politique n’est autorisé dans les enceintes olympiques », c’est la règle du CIO, tandis que s’opère une véritable campagne massive de lessivage des cerveaux à travers une commercialisation intensive de la grande messe sportive.

La torche au Pakistan.Au Pakistan, ils n’ont même pas osé sortir la torche du stade où le peu fréquentable Musharraf a pu mettre ses mains sur l’objet de la honte. La torche doit passer dans les mains d’amis du régime. Vous me direr que Musharraf est un pion de Washington, certes, mais le Pakistan a des liens historiques beaucoup plus profonds avec le Parti communiste chinois (PCC).

Puis l’Inde, qui recevra la torche le 17 avril, se vante d’être la « plus grande démocratie du monde ». D’un côté, elle détruit l’argument pro-dictature chinoise qui dit que seule un régime totalitaire peut gouverner une masse de gens d’un milliard. Mais d’un autre côté, l’Inde court bassement après ses propres intérêts et n’est pas digne d’être l’héritière du Grand Mahatma Ghandi. Elle a fermé, puis fermé les yeux sur les massacres en Birmanie, pour des raisons géostratégiques. Puis elle réprime, puis réprime les Tibétains sur son territoire pour des raisons commerciales.

Après avoir vu les relais de Londres et Paris, je me suis dit : « Oh lala, avec une telle répression, quelqu’un va être tué avant que la torche n’arrive à Pékin. » C’était peut-être sur-estimer la capacité des forces de l’ordre d’appliquer des méthodes communisto-fascistes, mais bon… le portrait n’est quand même pas jojo.

Read Full Post »

Un manifestant pro-Pékin crache sa haine.Le régime chinois entend bien renverser la vapeur et reprendre le contrôle, après sa déconfiture dans le relais de Londres et Paris de la flamme olympique.

À l’interne comme à l’étranger, il mobilise son monde pour opposer une réplique à l’insulte occidentale. Des spécialistes de la Chine avaient mis en garde contre une telle éventualité. Il était en fait très clair que des cris pour les droits de l’homme et la justice en Chine provoqueraient là-bas une vague patriotique, car beaucoup de Chinois ont été conditionnés à croire et répéter que la démocratie et les droits de l’homme, c’est de la merde occidentale même pas assez bonne pour les chiens. Conditionnés à croire que seule une dictature du Parti communiste peut garantir la survie du pays.

Dans la capitale canadienne dimanche, les missions diplomatiques de Chine ont nolisé des autobus pour organiser une manifestation sur la colline parlementaire. Des gens ont donc profité des libertés d’expression du Canada pour manifester leur appui à la dictature chinoise.

(UPDATE : je lis qu’un peu partout des gens ont été mobilisés par le PC chinois pour tenir ce genre de manifestation. C’est donc une directive du gouvernement et non une mobilisation spontanée. Cette organisation est réalisable grâce au contrôle par les missions diplomatiques des associations d’étudiants chinois à l’étranger, des médias chinois à l’étranger, et des organisations communautaires chinoises à l’étranger. Si vous voyez des foules de drapeau communiste chinois dans les prochains relais de la flamme, comme c’était le cas à San Francisco, les gens qui les brandissent se sont fait payer le voyage et la nourriture pour faire acte de présence.)

Leur but annoncé : montrer aux Canadiens la « vérité » sur le Tibet, soit que l’endroit vit actuellement son âge d’or et que l’armée n’a tué personne.

Puis ensuite certains commencent à parler que l’Occident a une certaine xénophobie latente, un racisme antichinois, pour expliquer les protestations contre la répression au Tibet. Un certain élu français, Melenchon si je ne m’abuse, soutient cette thèse dérisoire et trouve même des appuis.

Mais il est vrai que j’éprouve un certain malaise lorsque je vois des gens soutenir une dictature. S’ils l’aiment tant cette dictature, pourquoi pas aller s’y soumettre à nouveau? Ce serait bien, non? Plus de droits ni de liberté d’expression?

Ça ferait moins de propagande haineuse chez nous.

Vive la Chine libre.

(UPDATE : après publication de ce billet, j’ai reçu un commentaire de LAU, disant : « à bas les occidentaux, racistes ». Vous pouvez voir plus bas. Pour mettre les choses au clair, je suis sinophile. Je vois mal réconcilier ce fait avec le racisme. Ma position laisse-t-elle une quelconque ambiguité? Je suis contre le totalitarisme, qu’il soit chinois ou bélarusse. Je suis pour les droits de l’homme, d’Est en Ouest, du Nord au Sud. Assez de cette haine! La stupidité humaine n’a pas de race, la bonté non plus alors efface, ces pensées malsaines de racisme.)

Read Full Post »

Avant que les commentaires de Konnie Huq, porteuse de la torche à Londres, soient rapportés dans le Daily Mail, avant que le chef olympique britannique, Lord Coe, s’insurge contre leur présence, La chute du mur a révélé (par une adroite spéculation) que les « hommes en bleu » protégeant la torche olympique à Londres et Paris sont des agents spéciaux du régime chinois.

J’écrivais le 6 avril 2008 :

Selon moi, il s’agissait d’agents spéciaux (qui normalement doivent passer la majeure partie de leur temps à espionner les dissidents ou les persécuter).

Le 8 avril, le quotidien anglais Telegraph a creusé l’affaire. Non seulement sont-ils des agents de la police paramilitaire chinoise (unité impliquée dans les massacres au Tibet), ils sont l’élite, ayant le rang de lieutenant en montant et ayant suivi une intense formation préparatoire. Faites circuler la nouvelle. Comment Paris et Londres ont pu accepter leur présence???

Voici l’amorce de l’article du Telegraph :

The Chinese guards of the Olympic flame seen fending off protesters in London and Paris are elite members of the paramilitary units which crushed dissent in Tibet, it has been disclosed. Officially described as « volunteers » by Beijing, the 30 blue track-suited guards were recruited from specialist squads in the People’s Armed Police (PAP), a one-million strong force dedicated to maintaining public order. The PAP has moved into Tibet and Tibetan-settled areas since the protests against Chinese rule began last month. It has been accused by Tibet support groups of opening fire on demonstrators.

Lire l’article du Telegraph >>.

Read Full Post »

Les médias d’État chinois n’ont initialement pas diffusé à leurs publics les images des manifestations contre la torche olympique. J’y ai vu une répétition des événements du Tibet. Si vous vous souvenez, ces médias avaient gardé le silence pendant quelques jours sur les troubles dans la région, pour revenir en force peu après avec une campagne de propagande massive. Alors je m’attends à la même chose.

Les décideurs et relationnistes vont tenter d’utiliser ces manifestations à leur avantage. Quelques jours de silence, puis vlan!, ça va cogner dur. Sauf que les autorités savent très bien ce qui peut arriver si elles attisent le patriotisme violent tout en lui laissant un peu d’espace pour se manifester publiquement.

Certains se souviennent peut-être des manifestations anti-japonaises en Chine en 2005. Les autorités avaient laissé le champ libre aux manifestants de défigurer les missions diplomatiques étrangères.

Après une vague de condamnation internationale, le régime chinois avait repris le contrôle, entre autres, en envoyant massivement des SMS demandant de cesser les actions. Tout cela après les avoir incitées.

Selon Reuters, les médias chinois auraient commencé à parler des événements récents de Paris et Londres. « Le monde a vu l’extrémisme irrationnel de certains en Occident, et aussi vu l’incompétence de la police parisienne », écrit le tabloid Global Times.

Si la police parisienne était « compétente » comme celle en Chine, il y aurait certainement eu plusieurs morts dans les rues de la Ville Lumière… Non mais il faut le faire… Ce sont les partisans d’un régime qui continue de tirer sur les Tibétains au moment où j’écris ces lignes qui nous traitent de la sorte.

 

Read Full Post »

Après le passage de la torche olympique à Londres, je me suis posé la question dans un billet :

Et puis de quel service provenaient ces petits bonhommes chinois vêtus de bleu pour ériger la barrière ultime entre les manifestants et le porteur de la flamme? Des étudiants chinois à Londres? Des athlètes chinois? Pour effectuer ce genre de protection, il faut avoir une formation. Selon moi, il s’agissait d’agents spéciaux (qui normalement doivent passer la majeure partie de leur temps à espionner les dissidents ou les persécuter). Tous jeunes, très en forme, pouvant répondre rapidement aux altercations…

En fait c’est maintenant assez confirmé. Un petit scandale en Grande-Bretagne que d’avoir laissé des agents du régime chinois faire la « loi » dans la rue. Selon le Daily Mail, ils auraient même bousculé des policiers londoniens, puis une des porteuses de la torche, Konnie Huq, a déclaré avoir été mal à l’aise d’être sous leur protection. Lire l’article du Daily Mail >>

Konnie Huq, porteuse de la torche à Londres, protégée par des agents chinois.

Le premier ministre australien, M. Rudd, a affirmé que les « bonhommes bleus » ne seront pas bienvenus pour le relais à Canberra.

Read Full Post »

Un grand moment dans l’histoire du mouvement olympique. CIO et gouvernements du monde muselés ne peuvent plus soutenir leurs discours complices et hypocrites. Impossible de séparer sport et politique.

Et puis de quel service provenaient ces petits bonhommes chinois vêtus de bleu pour ériger la barrière ultime entre les manifestants et le porteur de la flamme? Des étudiants chinois à Londres? Des athlètes chinois? Pour effectuer ce genre de protection, il faut avoir une formation. Selon moi, il s’agissait d’agents spéciaux (qui normalement doivent passer la majeure partie de leur temps à espionner les dissidents ou les persécuter). Tous jeunes, très en forme, pouvant répondre rapidement aux altercations… Je suis peut-être complètement dans le champ, mais si c’est le cas, merci de m’en sortir avec une information crédible.

Voyons maintenant ce que ferons les Parisiens!

Read Full Post »

On s’y attendait et on n’a pas fini d’en voir. Malgré l’immense présence policière, un manifestant à presque réussi à arracher des mains d’un porteur la torche olympique. Un autre a eu l’idée d’utiliser un extincteur à feu pour l’éteindre. Créatifs les Londoniens. Vous pouvez suivre en direct voir le reportage de BBC News>>.

Security guards apprehend a demonstrator, second left, who attempts to grab the Olympic torch from TV presenter Konnie Huq, not seen, during her leg of the torch relay in London, Sunday April 6, 2008. Police scuffled with protesters as Olympians and celebrities carried the Olympic torch through snowy London during a chaotic relay Sunday. (AP Photo/Ian Walton, Pool)

(Un homme essaye d’arracher la torche des mains d’un porteur.)

Read Full Post »