Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Parti communiste’

Il y a eu une tonne de hits sur mon article « La fin des Jeux olympiques » hier (24 août)… Sauf que je l’avais écrit avant le début des Jeux. J’espère ne pas avoir induit en erreur trop de gens… Je voulais dire la « fin » abstraite, et non concrète…

Alors ça y est, un petit mot pour souligner la fin concrète des Jeux de Pékin. Eh oui, la Chine a terminé au sommet du palmarès des médailles. Le régime va en profiter pour dire que cela démontre la supériorité de son système.

Mais les dirigeants chinois ont peut-être besoin d’une petite leçon d’histoire : en 1988 à Séoul, l’Union soviétique et l’Allemagne de l’Est ont respectivement raflé les première et deuxième places aux médailles. Un an plus tard, c’était la chute du mur de Berlin, puis trois ans après, l’effondrement de l’URSS.

Un à trois ans, ça semble un bon laps de temps pour voir s’effondrer le Parti communiste chinois. Comme dit Peter Tosh et Bob Marley des Wailers : « You can fool some people sometime, but you can’t fool all the people all the time ». Les Chinois vont se lever et défendre leurs droits.

Publicités

Read Full Post »

Suite à la série de catastrophes en Chine (tremblement de terre, tempête de neige, déraillement de train, etc.), à l’augmentation croissante de démissions du Parti communiste chinois (plus de 36 millions en ce jour), à l’instabilité sociale, à la destruction environnementale, à la corruption démesurée et aux persécutions religieuses incessantes, je prédis un effondrement imminent du Parti communiste chinois.

Combien de temps exactement? Difficile à dire. Lorsque l’URSS s’est effondrée, le monde a été frappé de surprise. Elle paraissait si puissante et stable (derrière son mur de mensonges). Mais le mur avait déjà chuté.

Sur une autre note, le commentateur politique américain John Kusumi, du China Support Network, a fait remarqué que 100 000 soldats ont été mobilisés pour aider les victimes du tremblement de terre au Sichuan, alors que 300 000 avaient été mobilisés pour écraser le mouvement démocratique de 1989. On voit les priorités du régime.

Read Full Post »

Un manifestant pro-Pékin crache sa haine.Le régime chinois entend bien renverser la vapeur et reprendre le contrôle, après sa déconfiture dans le relais de Londres et Paris de la flamme olympique.

À l’interne comme à l’étranger, il mobilise son monde pour opposer une réplique à l’insulte occidentale. Des spécialistes de la Chine avaient mis en garde contre une telle éventualité. Il était en fait très clair que des cris pour les droits de l’homme et la justice en Chine provoqueraient là-bas une vague patriotique, car beaucoup de Chinois ont été conditionnés à croire et répéter que la démocratie et les droits de l’homme, c’est de la merde occidentale même pas assez bonne pour les chiens. Conditionnés à croire que seule une dictature du Parti communiste peut garantir la survie du pays.

Dans la capitale canadienne dimanche, les missions diplomatiques de Chine ont nolisé des autobus pour organiser une manifestation sur la colline parlementaire. Des gens ont donc profité des libertés d’expression du Canada pour manifester leur appui à la dictature chinoise.

(UPDATE : je lis qu’un peu partout des gens ont été mobilisés par le PC chinois pour tenir ce genre de manifestation. C’est donc une directive du gouvernement et non une mobilisation spontanée. Cette organisation est réalisable grâce au contrôle par les missions diplomatiques des associations d’étudiants chinois à l’étranger, des médias chinois à l’étranger, et des organisations communautaires chinoises à l’étranger. Si vous voyez des foules de drapeau communiste chinois dans les prochains relais de la flamme, comme c’était le cas à San Francisco, les gens qui les brandissent se sont fait payer le voyage et la nourriture pour faire acte de présence.)

Leur but annoncé : montrer aux Canadiens la « vérité » sur le Tibet, soit que l’endroit vit actuellement son âge d’or et que l’armée n’a tué personne.

Puis ensuite certains commencent à parler que l’Occident a une certaine xénophobie latente, un racisme antichinois, pour expliquer les protestations contre la répression au Tibet. Un certain élu français, Melenchon si je ne m’abuse, soutient cette thèse dérisoire et trouve même des appuis.

Mais il est vrai que j’éprouve un certain malaise lorsque je vois des gens soutenir une dictature. S’ils l’aiment tant cette dictature, pourquoi pas aller s’y soumettre à nouveau? Ce serait bien, non? Plus de droits ni de liberté d’expression?

Ça ferait moins de propagande haineuse chez nous.

Vive la Chine libre.

(UPDATE : après publication de ce billet, j’ai reçu un commentaire de LAU, disant : « à bas les occidentaux, racistes ». Vous pouvez voir plus bas. Pour mettre les choses au clair, je suis sinophile. Je vois mal réconcilier ce fait avec le racisme. Ma position laisse-t-elle une quelconque ambiguité? Je suis contre le totalitarisme, qu’il soit chinois ou bélarusse. Je suis pour les droits de l’homme, d’Est en Ouest, du Nord au Sud. Assez de cette haine! La stupidité humaine n’a pas de race, la bonté non plus alors efface, ces pensées malsaines de racisme.)

Read Full Post »

J’ai reçu un commentaire d’une Chinoise me demandant « pourquoi tu es tellement contre la Chine? »

J’ai écrit dans un post récent que :

Le contrôle idéologique – par le billet de l’éducation, des médias, de l’art, de la force et de la peur – fait que fondamentalement, une majorité de Chinois n’est plus en mesure de distinguer le pays du régime.

Je n’ai pas parlé dans le vide. Les frustrations des gens, telles que démontrées par les manifestations pro-Tibet à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine, visent avant tout le régime oppressif dictatorial. Si des Chinois défendent l’indéfendable et considère le Parti comme leur mère, outre-mer, le respect se perd.

Le Parti communiste avec son contrôle fait croire que son destin est lié à celui de la Chine, qu’il est la Chine, que sans lui la Chine n’est rien. C’est ainsi que bon nombre de Chinois ne distinguent plus le pays du gouvernement.

Je suis en fait un grand sinophile. Mes critiques ne sont jamais contre « les Chinois » ou contre « la Chine ». J’utilise des mots qui font une distinction claire : régime chinois, gouvernement, autorités, Parti communiste, etc. Car ultimement, « Chinois » et « Chine » en sont victimes.

Que la Voie et la Vertu fleurissent à nouveau dans l’empire du milieu!

Read Full Post »

Hu Jia, dissident chinois emprisonné pour trois ans et demi.Petit homme malade et chétif fait trembler plus grande dictature du monde. Le régime chinois vient d’emprisonner le dissident Hu Jia pour trois ans et démi, sous charge de « subversion ». Pas des plus virulents, surtout pas agité, il est devenu avec d’autres le symbole d’une grande arnaque : l’amélioration des droits de l’homme en Chine avec les Olympiques et les investissements massifs de capitaux. Combien de fois avons-nous entendu ces balivernes? Le pire c’est qu’elles ne viennent pas exclusivement des outils de propagande communistes, mais bien de médias et politiciens occidentaux.

Le « crime » de Hu Jia est essentiellement d’avoir osé parler avec des médias et des politiciens étrangers (l’Union européenne, entre autres) sur la situation en Chine avant les Jeux.

Zeng Jinyan, femme de Hu Jia avec leur enfant.Il laisse derrière lui sa femme et son petit bébé. On craint pour sa santé en prison. Le dernier dissident très réputé enlevé par le pouvoir (grand ami de Hu Jia), Gao Zhisheng, souffre de torture continue. Où est-il? Personne ne le sait. Femme et deux jeunes enfants vivent sous surveillance constante d’une armée d’agents spéciaux du Bureau de la sécurité publique.

Que Dieu (Gao Zhisheng est chrétien) et Bouddha (Hu Jia est bouddhiste) vous protègent.

Read Full Post »

Des moines tibétains manifestent contre l’oppression du régime chinois.Les récentes manifestations au Tibet ont internationalisé la question des « violations des droits de l’homme » en Chine, si vous êtes politically correct, ou des « crimes contre l’humanité », si comme moi vous avez lu sur l’histoire passée et récente de la Chine sous la domination du Parti communiste. (Le trafic d’organes institutionnalisé, vous connaissez? Voir plus bas)

La tenue des Jeux olympiques à Pékin a créé l’impossibilité d’éviter ladite question.

Mais à l’instar des athlètes qui se projetteront au-delà d’obstacles, il tient à chaque personne émue par les derniers événements de projeter sa vision au-delà : au-delà des montagnes qui font du Tibet cette région isolée si spéciale. Car les gens souffrent dans toute la Chine, de crimes du pouvoir tous aussi cruels que ce que l’on peut entrevoir au Tibet.

Le tout dernier rapport d’Amnistie internationale sur la Chine et les Olympiques brosse un portrait accablant.

Parlant de crimes contre l’humanité, on peut souligner les tortures et la « rééducation par le travail » pour forcer les gens à abandonner leurs croyances religieuses et spirituelles. À ce titre, il est indéniable que la discipline spirituelle Falun Gong et ses pratiquants sont victimes des pires exactions. Ils constitueraient une bonne partie des personnes emprisonnées dans les camps de travail, une population estimée à plusieurs centaines de milliers selon le Département d’État américain.

Dans le plus lugubre qui soit, il y a le meurtre des pratiquants de Falun Gong pour le vol de leurs organes, devant servir au marché lucratif des transplantations. Ça sonne fou? L’ex-député et secrétaire d’État canadien David Kilgour et l’avocat défenseur des droits de l’homme David Matas ont produit un rapport examinant la question. Selon eux, tout cela est bien vrai. La source de plus de 40 000 transplantations en Chine est inconnue. Et l’augmentation des transplantions a augmenté dramatiquement tout juste après le début de la persécution du Falun Gong en 1999.

Il était déjà bien connu que les prisonniers étaient exécutés pour leurs organes, une pratique que l’on retrouve probablement juste en Chine. Même s’ils sont de vrais criminels (car on peut vous exécuter pour pas grand chose), c’est nécessairement insensé et inacceptable. Que dire du meurtre de prisonniers politiques ou de conscience pour les mêmes raisons barbares? Tout cela est documenté, je ne fabule pas. JO en Chine? …

Read Full Post »

La révolution communiste ne vend plus en Chine. La nouvelle fibre sensible sur laquelle Pékin frappe pour contrôler les Chinois est le patriotisme, qui se transforme en dévotion aveugle envers les desseins des autorités.

En utilisant sa double-arme violence-propagande, le régime chinois tente de reprendre le dessus sur la situation, qui le laisse affaiblit au niveau du capital de sympathie sur la scène internationale. Il contrôle physiquement la situation, avec son armée. Psychologiquement, un travail colossal est entrepris pour déformer la réalité. Après avoir vraisemblablement concocté les troubles à Lhassa, pour les blâmer sur Dalaï-lama le « terroriste » et sa clique de « fous » voulant « diviser » la mère-patrie, il faut faire avaler la pilule aux Chinois : « Votre pays est menacé ». Elle semble bien passer.

Le contrôle de Pékin de la diaspora chinoise, à travers l’influence directe sur différents médias, est en train de créer des conflits au sein des sociétés occidentales. Les Chinois d’outre-mer répondent à l’appel de « protéger la mère-patrie » en organisant des activités pour « montrer la vérité » sur ce qui se passe au Tibet. En fait, il ne s’agit que de la « vérité » qu’ils connaissent, soit celle diffusée par les médias d’État chinois, qui se rend jusque dans leur domicile même s’ils habitent dans une démocratie occidentale.
Manifestation pro-Pékin

Ce contrôle idéologique est évidemment totalement néfaste pour le tissu social. Il fait se poser la question : « Si ces Chinois aiment tant le régime au pouvoir en Chine, que font-ils en Angleterre, aux États-Unis, en France, au Canada? »

Au Canada en fin de semaine, des partisans du régime chinois ont organisé des manifestations anti-tibétaines. Le message est soigneusement propagé pour amadouer, probablement conçu par les propagandistes des consulats et ambassade chinois. Mais sous les slogans de « Nous voulons une Chine unie » couvent des sentiments peu masqués. Des Chinois de la diaspora cachent mal leur haine des Tibétains, que certains considèrent comme des terroristes. « Le Tibet a toujours fait partie de la Chine et en fera toujours partie », répètent-ils. Le génocide, l’oppression, les stérilisations forcées, la torture : ils refusent de voir. Ce n’est qu’un « biais contre la Chine des médias occidentaux ».

Le conflit il est là. Ces Chinois refusent de se libérer, alors qu’ils sont à des milliers de kilomètres du régime qu’ils ont quitté. C’est d’une grande tristesse. Ils vivent encore dans la peur. Les espions chinois pullulent. Les services secrets canadiens utilisent 50 % de leurs ressources pour les contrer.

Il faut rappeler aux Chinois pro-Pékin que la propagande de haine est un crime chez nous. Il faut leur dire que nous ne sommes pas contre la Chine, mais contre le régime dictatorial. Il faut leur expliquer que la Chine et le Parti communiste sont deux choses différentes.

Read Full Post »

Older Posts »