Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘PCC’

Gary Feuerberg
LA GRANDE ÉPOQUE

WASHINGTON – Les activités d’espionnage, de guerre cybernétique et de propagande du régime chinois ciblant les États-Unis constituent une source d’inquiétude grandissante pour différents experts américains.

La United States-China Economic and Security Review Commission (USCC) (Commission sur la Sécurité et l’Économie entre la Chine et les États-Unis) a tenu une audience dernièrement à Washington, D.C., où différents spécialistes ont partagé leurs connaissances sur les activités de la Chine, ses intentions, ses manières de cibler l’opinion publique américaine, de même que sur l’espionnage intensif auquel elle se livre, notamment par voie informatique.

Concernant la propagande, il y avait un consensus parmi les experts : les méthodes utilisées par le régime chinois sont beaucoup plus efficaces que durant l’époque du président Mao. De nos jours, il y a cette promotion agressive d’une image inoffensive de lui-même, autant à domicile qu’à l’étranger.

Ça ne s’appelle plus de la «propagande»

Le Parti communiste chinois (PCC) a compris, dès le début, l’importance de la propagande lorsque, durant le règne de Mao Zedong, il essayait sans relâche d’exporter la révolution.

«Radio Pékin haranguait le monde au sujet du monopole de la vertu du président [Mao]», fait remarquer Nicholas J. Cull, professeur de diplomatie publique à la University of Southern California.

La promotion crue du culte de la personnalité sous le règne de Mao a commencé à changer suite aux réformes mises en branle par Deng Xiaoping en 1979, alors que la Chine s’est ouverte au commerce et au tourisme. Cette image d’ouverture a pris un coup avec le massacre de la place Tiananmen en 1989, soit un désastre de «relations publiques» désastreuses pour les autorités.

Lire la suite >>>

Publicités

Read Full Post »

(La Grande Epoque)

Malgré la crise économique qui frappe d’une manière particulièrement sévère la Chine, le régime va de l’avant en 2009 avec un plan pour accroître la projection de son soft power à l’étranger. En ses propres termes, il faut renforcer la propagande afin de propager sa vision du monde et aseptiser son image. Il attaquera donc sur deux fronts : le premier consiste à lancer des chaînes de télévision mondiales en plusieurs langues calquées sur le modèle américain de CNN; le deuxième vise à poursuivre l’infiltration des médias étrangers.

Durant la semaine précédant le Nouvel An chinois (26 janvier), les membres du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) se sont réunis afin de planifier les campagnes de propagande à l’étranger pour l’année 2009.

Dans le discours de clôture de la réunion, le membre du comité en charge de «l’idéologie» a souligné qu’en raison des efforts conjoints du ministère de la Propagande, du «Front uni» et du ministère des Affaires étrangères, durant la dernière décennie, la plupart des entreprises médiatiques chinoises d’outre-mer calquaient essentiellement les politiques et pratiques du PCC.

Le responsable a exprimé que les journaux chinois dans les pays occidentaux étaient tous en mesure d’entretenir des liens solides avec les gouvernements locaux, à l’exception de plusieurs petites publications contrôlées par les soi-disant «trois forces anti-Chine». Le PCC a donc décidé de poursuivre ses investissements massifs dans des campagnes de propagande outre-mer.

Le ministre de la Propagande, dans son discours, a mentionné qu’après l’allocation des fonds, plusieurs propriétaires de médias chinois étrangers ont contacté son ministère afin d’indiquer qu’ils étaient disposés à coopérer avec le PCC pour faire la promotion de «l’image internationale de la Chine».

Cependant, des dirigeants du «Front uni» et des services secrets du PCC ont averti que l’octroi des fonds devait se faire avec précaution, puisque les revenus publicitaires provenant d’entreprises financées par le PCC devraient être suffisants pour garantir la coopération des médias avec le régime. Dans ce sens, un financement particulier ne serait peut-être pas nécessaire.

Au lieu d’investir dans les médias chinois étrangers, un rapport spécial du ministère des Affaires étrangères suggère que le PCC commence à s’intéresser aux médias occidentaux. Le rapport cite comme exemple à suivre la récente acquisition du journal britannique Evening Standard par un ex-agent du KGB et oligarche russe, Alexander Lebedev. Le PCC doit donc commencer à former des agents chinois pour débuter l’acquisition de médias occidentaux.

La couverture médiatique occidentale des évènements au Tibet au printemps 2008 aurait sonné l’alarme chez les dirigeants chinois, leur indiquant que la manipulation des médias chinois étrangers n’était pas suffisante. «L’incident CNN», où un commentateur avait qualifié les dirigeants pékinois de «malfrats», n’a pas été très bien digéré.

Le rapport analyse les difficultés financières grandissantes de plusieurs médias occidentaux et tire la conclusion que le temps est venu de débuter l’acquisition de tels médias, mais sans que cela soit perçu comme un geste politique.

Le ministère de la Sécurité d’État a mis en garde qu’une précaution extrême devrait être exercée pour choisir quels agents devraient tenter d’acquérir des médias occidentaux. Sa recommandation est d’injecter des fonds dans différents médias chinois étrangers et de les utiliser comme des pions qui prendraient le contrôle des entreprises médiatiques convoitées.

«Machine de propagande internationale»
Outre l’infiltration et l’acquisition des médias étrangers, le PCC va lancer des chaînes de nouvelles en anglais, français, espagnol, russe et arabe basées sur le modèle de CNN. Un projet mené par la CCTV, soit la télévision d’État autoproclamée «l’organe du Parti et du gouvernement».

C’est une perspective qui inquiète l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch. Dans une lettre publiée dans le Wall Street Journal, Nicolas Bequelin, un chercheur pour la branche asiatique de l’ONG, fait remarquer que la mission officielle des nouvelles chaînes de CCTV, selon son site Internet, est «d’atteindre une nouvelle étape en propagande extérieure».

Il souligne qu’alors que les médias occidentaux ont tendance à réduire leurs opérations à l’étranger, Xinhua, l’agence de nouvelles officielle du PCC, compte faire passer ses bureaux outre-mer de 100 à 186. Xinhua est qualifiée de «plus grande agence de propagande au monde» par Reporters sans frontières; l’agence elle-même qualifie ses activités comme étant «conduites, du début à la fin, sous le leadership direct des autorités centrales du parti».

«Pékin a peut-être raison de penser qu’une “propagande extérieure” améliorée lui fournira des armes additionnelles pour répliquer à ses critiques, mais cela se fera en bout de ligne aux dépens de quelque chose de bien plus important : le pouvoir souple et persuasif qui peut seulement se manifester par des médias libres et non biaisés qui informent plutôt que de tromper», conclut Bequelin.

Read Full Post »

Jamais je ne l’aurais cru… Tomber dans l’oeil des propagandistes chinois qui naviguent le web pour trouver des articles  défavorables au régime communiste et ensuite écrire des commentaires qui ne font pas de sens pour défendre le régime…

C’est fait! J’ai un vrai blog de dissident chinois! On me surveille et j’ai le privilège d’être la cible de Charles Liu, un individu impliqué dans cette tâche de porte-parole web du Parti communiste chinois. Charles Liu a écrit un commentaire sur un de mes articles en essayant de discréditer le rapport Kilgour-Matas sur les prélèvements d’organes forcés en Chine. C’est peine perdue pour lui.

Qui est-il vraiment? J’ai appris à le connaître en lisant sa propagande ici et là, puis finalement un magazine a même fait un topo sur lui et ceux de son type. Lisez ici.

Puis un autre blogueur réputé, Ezra Levant, parle de Charles Liu également.

J’ai vraiment pitié pour ce type.

***

À part ça, merci pour tous ceux qui me visitent malgré mon manque d’assiduité. J’espère vous renseigner tout en vous divertissant un peu.

Ciao

Read Full Post »

Suite à la série de catastrophes en Chine (tremblement de terre, tempête de neige, déraillement de train, etc.), à l’augmentation croissante de démissions du Parti communiste chinois (plus de 36 millions en ce jour), à l’instabilité sociale, à la destruction environnementale, à la corruption démesurée et aux persécutions religieuses incessantes, je prédis un effondrement imminent du Parti communiste chinois.

Combien de temps exactement? Difficile à dire. Lorsque l’URSS s’est effondrée, le monde a été frappé de surprise. Elle paraissait si puissante et stable (derrière son mur de mensonges). Mais le mur avait déjà chuté.

Sur une autre note, le commentateur politique américain John Kusumi, du China Support Network, a fait remarqué que 100 000 soldats ont été mobilisés pour aider les victimes du tremblement de terre au Sichuan, alors que 300 000 avaient été mobilisés pour écraser le mouvement démocratique de 1989. On voit les priorités du régime.

Read Full Post »