Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Québec’

Partout où elle va, l’exposition « Bodies » – où des corps dépecés et « plastinés » sont exposés au public – suscite l’indignation. Le non-respect de la dépouille, le regard cru sur le corps et la profanation sont certes des indignations justifiées, mais il y a plus.

En effet, plusieurs des corps exposés sont chinois. De ce fait nous devons tirer deux conclusions : 1. Il n’est pas DU TOUT culturel en Chine de donner des organes ou d’offrir son corps à la science. 2. Il est reconnu que les prisonniers sont exécutés pour que leurs organes soient vendus sur le marché des transplantations.

Considérant cela, ce que les organisateurs prétendent est de la foutaise. Des papiers des autorités chinoises disant que les donneurs sont consentants? Qui peut croire ça, à part les promoteurs qui souhaitent encaisser les profits?

Voici ce qu’écrit Radio-Canada (qui a une politique éditoriale pro-Pékin à peine cachée) :

Le journal Le Soleil rappelle qu’aux États-Unis, le Procureur général de l’État de New York a fait enquête sur cette exposition après qu’un reportage dévastateur eut suggéré que certains des corps utilisés pourraient être ceux de détenus exécutés en Chine.

Au terme de son enquête, il en est venu à la conclusion suivante: « La triste réalité est que Premier Exhibitions (organisateur de l’exposition) profite de l’exposition de restes de personnes qui peuvent avoir été torturées et exécutées en Chine ».

Une entente avait finalement été conclue et Premier Exhibitions avait dû mentionner à l’intérieur de l’exposition qu’il ne pouvait pas garantir l’origine des corps. Ce n’est pas le cas présentement au Québec, mais Amnistie internationale a déjà fait savoir qu’elle était préoccupée par la question.

Allo Amnistie, réveille! Fait quelque chose! Ensemble Contre la Peine de Mort en France a déjà réussi, à Paris, à obliger l’ignoble exposition à fermer ses portes.

En entrevue à Radio-Canada, Catherine Morgenson, de Premier Exhibitions, soutient pour sa part que la compagnie a obtenu des attestations écrites de différents administrateurs chinois stipulant qu’il n’y a pas eu de torture ou de traumatisme qui ont précédé les décès. Premier Exhibitions a aussi effectué ses propres recherches, affirme-t-elle. « On n’a pas de garantie à 100 %, mais nous sommes à l’aise avec le contenu de l’exposition. »

Une relationniste qui dit « On n’a pas de garantie à 100% », c’est un méchant aveux. De renchérir en disant être « à l’aise », c’est complètement sans scrupules.

De son côté, l’organisateur de l’évènement dans la capitale et directeur du Festival d’été de Québec, Daniel Gélinas, se dit satisfait des garanties fournies. « On nous a certifié que tous les corps présentés ici sont des corps qui ont été donnés à la science ou qui n’ont pas été réclamés. »

C’est jouer à l’autruche, pour le fric. Quelqu’un ici peut me dire quel type de gouvernement contrôle la Chine? Oh oui, c’est vrai, une dictature!

SVP, boycottez et dénoncez « Bodies ».

Bravo Paris de l’avoir fait, maintenant la ville de Québec doit faire pareil.

Publicités

Read Full Post »