Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Russie’

Personne ne pleure la perte d’argent des grands financiers et multinationales dans l’actuelle crise économique. Mais on s’inquiète avec raison des répercussions sur les emplois.

À l’extérieur de cette dichotomie, les impacts stratégiques sont assez importants. On note que la Russie n’a plus de son mordant avec un baril de pétrole à 40 $. Elle n’a plus les moyens d’agiter le sabre. D’autres « pétrodictatures » comme l’Iran et le Venezuela vivent des situations similaires. Pour la paix dans le monde, c’est très bien. Ces régimes qui commanditent le terrorisme rouge ou islamiste doivent réviser à la baisse leurs politiques d’expansion.

Dans ce sens, la crise économique a ses avantages. Mais on voit aussi très clairement à qui peut profiter l’instabilité géopolitique, comme ces régimes dépendent des prix élevés du baril de pétrole pour survivre.

La Chine est sévèrement affectée par la crise, mais pour des raisons différentes. Contrairement à ce qu’elle tente de faire croire, sa situation n’est pas complètement un résultat de la conjoncture mondiale. Avant que la crise sévisse, selon des chiffres officiels 67 000 entreprises avaient fermé leurs portes dans la première moitié de 2008. Puis au moment des Olympiques, la bourse de Shanghai piquait déjà du nez.

Cette mauvaise situation économique en Chine est excellente. L’insatisfaction doit s’amplifier pour un rejet complet du modèle imposé par le Parti communiste.

Aussi, l’expansion de l’influence de Pékin doit absolument être stoppée, car elle s’impose au détriment de nos droits et libertés (sans mentionner la situation intérieure qui ne s’améliore pas).

Le régime chinois compte cette année lancer une chaîne de télévision internationale style CNN en anglais, français, russe et arabe, avec sa télévision d’État CCTV. Le but explicite est de renforcer la propagande à l’étranger. Nicolas Bequelin de Human Rights Watch en parle dans une lettre publiée dans le Wall Street Journal.

En plus, Pékin pourrait profiter de la situation économique difficle de certains médias étrangers pour se les approprier, exerçant ainsi un contrôle accru sur le contenu. Déjà que nombreux médias étrangers sacrifient de leur indépendance simplement pour avoir le droit d’être en Chine, ce sera terrible si les tentacules de Pékin s’étendent. Déjà que la majorité des médias chinois à l’étranger son contrôlé par le Parti communiste…

Alors voilà une bonne raison de souhaiter une crise économique profonde à la Chine : éviter le financement de ses projets liberticides. Si moins d’argent peut être investi dans la répression interne et dans sa machine militaire, alors le monde libre en ressort gagnant.

Politiciens et financiers, enlevez vos oeillères.

Publicités

Read Full Post »

Par Paul Deschamps, collaboration spéciale La Grande Époque

Vous savez quel pays recevra les Jeux olympiques en 2014? Voici quelques indices, jouons aux devinettes. C’est un pays où une vaste majorité des positions de pouvoir, dans le privé ou le gouvernement, sont occupées par d’anciens membres des services secrets. C’est un pays où l’opposition politique, si petite soit-elle, voit son existence extrêmement limitée par les autorités. C’est un pays où les élections (entachées d’irrégularités monstres) ne sont que de grandes campagnes publicitaires pour les dirigeants. C’est un pays où les journalistes sont assassinés, un pays où l’extrême droite agit à sa guise, jouissant d’une proximité idéologique avec l’État. C’est un pays où le président a choisi son successeur et va prendre le poste de premier ministre. C’est un pays en dérive autoritaire… qui doit recevoir les Jeux olympiques d’hiver de 2014. Trop facile, vous avez deviné. C’est la Russie.

Mais tout cela n’importe que très peu au Comité international olympique (CIO), une institution qui se voue au sport et non à la politique. Même les massacres ne le détournent pas de ce principe, toujours sous la couverture de défendre les efforts des athlètes. Les questions de gros sous ne sont jamais discutées lorsque vient le temps de remercier la communauté internationale de ne pas appeler au boycott des Jeux olympiques de Pékin – malgré l’expression la plus sincère des réflexes autoritaires du régime chinois – ajoutant dernièrement un drame humain de plus à son dossier.

(…)

Nancy Pelosi, ce n’est pas George W. Bush. La leader démocrate au Congrès américain parle avec plus de crédibilité lorsqu’elle mentionne la démocratie et les droits de l’homme. Aux yeux de beaucoup, en revanche, elle a encore le défaut d’être Américaine. Mais peu importe. Lors de sa visite au Dalaï-lama dans sa ville d’exil de Dharamsala, en Inde, le 21 mars dernier, elle a souligné en quoi consistait les récents évènements : «Un défi à la conscience du monde». Bien entendu, l’humanité a manqué de relever ce genre de défi à maintes reprises, au grand dam des victimes, des survivants et des compatissants. Mais peu importe. Ce qui compte, c’est maintenant; ce qui compte, c’est vraiment comment les individus – peu importe qu’ils soient simples citoyens, employés du CIO ou d’Adidas (commanditaire des jeux) – vont se positionner.

Lire tout le texte.

Read Full Post »