Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘communisme’

Nouvelle chanson sur les JO : Feels like 1936 again.

Site officiel : http://www.1936again.com/

The Olympic Spirit hangs its head in shame
When police states are allowed to host the games
Like Germany when Hitler reigned supreme
Seeking glory for his murderous regime

Now China wants to shine upon that stage
East and West are eager to engage
But human rights the CCP disdains
Feels like 1936 again.

Can you hold an international track meet
When you got a labor camp right down the street?
Can you sponsor the Olympics in 08
When you still imprison people for their faith?

The CCP will change what can be seen
They’ll even paint the grass and mountains green
But their evil nature always will remain
Feels like 1936 again.

They torture people seven days a week
The shock batons are sizzling as we speak
They harvest organs from the Falun Gong
Then cremate them to hide what’s going on.

Put me on your blacklist I don’t care
I hope the people boycott this affair
The stench of genocide is in the wind
Feels like 1936 again.

Reports about the slaughter of the Jews
Quite often didn’t even make the news
The world still seems to have a tendency
To ignore big crimes against humanity

When virtue comes in second place to trade
Freedom, hope and justice start to fade
The Olympic flame is flickering and dim
Feels like 1936 again

Publicités

Read Full Post »

Mon pote blogger le Joyeux démissionnaire et son groupe les Cinnamon Buns ont produit une chanson à l’occasion des Jeux de Pékin. Voici le lien pour écouter (oreilles sensibles abstention. Individus communisto-fascistes : c’est dans vos dents). http://www.lescinnamonbuns.com/mp3player/

Voici les paroles de la chanson :

Pékin 2008

Célébration de crime de guerre…
Célébration de génocide…
Voici Pékin 2008 !!

Le décompte est commencé
Le grand dragon peut s’envoler
Qu’on en finisse avec tous ceux
Qui se nourrissent de Lao-Tseu

Que les lanternes s’éveillent
Pour nous brillera le Grand Soleil
A tous les membres communistes :
« Finissons-en qu’on en finisse !! »

On ferme les yeux, on ferme les yeux…
On garde ses œufs, on garde ses œufs
De toute façon le siècle prochain
Sera chinois ou n’sera point

C’est de Lhassa à Tienanmen
Que se déroule le tapis rouge
Et en avant, il faut que ça saigne !
Et en avant, il faut que ça bouge !

Arriveront bien par milliers
Les délégués du statut quo
Les complices comme les alliés
De Hu Jintao, fils de Mao !

Refrain

Et à toi qui prône la vérité
La tolérance, la compassion
Et dont la vie s’est terminée
Dans un camp de concentration

Quelques excuses posthumes
Te parviendront peut-être
Le temps que se consume
Notre envie de faire la fête

D’ici là… Soyons les putes de la Chine.

Read Full Post »

Je me réponds ici à moi-même et à rannemarie. J’ai eu quelque peu tort dans mon dernier billet. Voici l’article qui me contredit :

New York : Le consul général chinois admet avoir orchestré les attaques

Écrit par Shaoshao Chen, La Grande Époque

Depuis le 17 mai à New York, le quartier de Flushing est le théâtre de violentes attaques par des Chinois proches du Consulat chinois contre des gens pratiquants le Falun Gong qui tiennent depuis plusieurs années au même endroit un stand d’information sur les crimes du Parti communiste en Chine et offre de l’aide à ceux qui souhaitent en démissionner. Une enquête téléphonique récente trahit la responsabilité des autorités chinoises dans ces incitations à la haine. Dans le même temps, les médias officiels chinois ont largement couvert ces évènements et prétendu que les pratiquants du Falun Gong avaient perturbé un centre de don aux victimes du séisme en Chine; nous n’avons trouvé aucune trace de ce centre de don.
D’après Erping Zhang, porte-parole du Centre d’Information du Falun Gong, «Pékin semble vouloir exploiter la tragédie du tremblement de terre et ses répercussions émotionnelles pour stigmatiser et attaquer le Falun Gong.» Des agressions similaires ont eu lieu à Tokyo au Japon et à Los Angeles, montrant également que ces actions ont été planifi ées à un haut niveau.

Un pratiquant de Falun Gong est physiquement pris à parti par des manifestants chinois et sera blessé à l’oreille par l’un deux
Un pratiquant de Falun Gong est physiquement pris à parti par des manifestants chinois et sera blessé à l’oreille par l’un deux (La Grande Époque)

Crachats, jets de bouteilles, prise à parti de personnes âgées de plus de 70 ans, menaces de mort… dans le quartier chinois de Flushing à New-York, la communauté chinoise a trouvé des responsables, de personnes à châtier pour le séisme qui a frappé la province du Sichuan et fait plus de 80.000 morts. Réaction psychologique désastreuse retrouvée après chaque grand stress et chaque grande catastrophe, ici habilement exploitée par le régime communiste. Un haut responsable du consulat chinois de New York a en effet lui-même reconnu le 23 mai lors d’un entretien téléphonique enregistré que le consulat est impliqué dans les attaques commises à partir du 17 mai dans le quartier new-yorkais de Flushing. Lors d’une conversation avec un membre de la Coalition Mondiale d’enquête sur la persécution du Falun Gong (CIPFG) le consul général Peng Kenyu a reconnu avoir «encouragé» les violentes attaques contre des membres du Service d’aide aux démissions du PCC. Ce groupe, parmi lequel bon nombre de sympathisants du Falun Gong, anime de façon régulière un stand dans le quartier de Flushing pour aider les Chinois à se désolidariser du Parti Communiste chinois (PCC). Dès les premiers jours des attaques, des témoins ont soupçonné l’implication du consulat chinois. Quelqu’un se souvient ainsi avoir entendu un homme participant aux violences dire au téléphone : «Ramène plus de monde ici. On donnera 90 dollars à chacun.»

D’après un policier new-yorkais présent sur place et qui a souhaité rester anonyme, on dénombrait le 20 mai près de 500 manifestants chinois: «Ils se cachaient derrière les immeubles et les magasins pour lancer des objets en direction des gens du Falun Gong». Un membre de la CIPFG qui s’est fait passer pour un partisan du régime chinois a eu Peng Kenyu en ligne le 21 mai au matin au sujet de «l’immense scène de violence contre le Falun Gong» à Flushing en lui demandant de quelle manière le consulat était impliqué dans la mobilisation si rapide de cette foule de centaines de personnes. Lors de la conversation, Peng Kenyu a indiqué qu’il avait de nombreux contacts et beaucoup d’influence dans la communauté chinoise de Flushing, mais que le consulat chinois «devait être très prudent avec [ce genre d’événement]» pour éviter d’attirer les soupçons. Sur l’ enregistrement, Peng Kenyu reconnaît sa crainte d’être découvert qui l’a mené à «encourager [les manifestants] de manière discrète» pour éviter d’attirer les soupçons sur le consulat.

Manifestants chinois detruisant le matériel des pratiquant du Falun Gong
Des manifestants chinois, poussés par les offi ciels du régime, détruisent le matériel des pratiquants du Falun Gong qui informait sur les violations des droits de l’Homme du Parti communiste chinois. (La Grande Époque)

Quelques centaines de personnes ont reçu l’ordre d’encercler les membres du Service des démissions du PCC et ont été poussées à déclencher une bagarre, dit Peng. «Je suis allé là-bas avant-hier, et il y a trois jours aussi», a dit Peng. «Je me gare souvent loin de l’endroit pour éviter d’être vu». Durant les premiers jours d’émeutes à Flushing, les manifestants soutenant le PCC ont encerclé les membres du Service des démissions. Des photos des événements montrent des manifestants empoignant et criant sur des sympathisants du Falun Gong. «Nous étions entourés par des centaines de gens hurlant et nous insultant, et même menaçant de nous tuer parce que nous sommes pratiquants de Falun Gong», a dit Scott Chinn, un pratiquant de Falun Gong et résident de la ville de New York qui a assisté à la scène mardi. Des barricades de police ont par la suite été placées de chaque côté. «Ils [les manifestants] sont venus après avoir attaqué les Falun Gong, je leur ai tous serré la main pour les remercier», a dit Peng.

Les violences de Flushing ont aussi attiré l’attention sur les médias officiels chinois qui ont multiplié les reportages et vidéos sur ces attaques. D’après l’agence Xinhua, les adeptes du Falun Gong ont «perturbé» une campagne de dons en faveur des victimes du séisme qui a frappé la province du Sichuan le 12 mai.

Des arrêts sur image tirés des vidéos de ces reportages mêmes ne montrent aucun signe de la présence d’un stand pour les dons aux victimes du séisme, et nous n’avons pu trouver aucune trace de l’organisation d’une telle campagne aux lieux et heures des agressions contre le Falun Gong. Interviewés par des médias chinois, les manifestants pro-communistes ont nié avoir été payés ou organisés et ont tous répété: «Nous sommes venus du fond du coeur». «Je suis venu ici pour soutenir mes frères et mes soeurs, pour soutenir mon pays [la Chine], parce que je n’ai pas peur», a dit une Chinoise en criant à la caméra braquée sur elle. «Je n’ai pas peur parce que je suis Chinoise.» Il n’est pas rare de voir les médias d’Etat chinois couvrir massivement de tels sujets politiques et Peng Kenyu reconnaît avoir demandé aux médias de venir couvrir les événements de Flushing. Les appels téléphoniques au consulat chinois de New York visant à recueillir des commentaires sur le sujet sont restés sans réponse.


Enregistrement de la conversation téléphonique disponible ici en chinois

Traduction en anglais disponible ici

Read Full Post »

Des étudiants chinois attaquent un Sud-Coréen.J’avais prévenu de la folie patriotique en Chine. La jeunesse s’est transformée à nouveau en gardes rouges. La cause, en surface, a changé. Ce n’est plus le communisme ou Mao qu’ils défendent, au premier coup d’oeil. L’heure est à l’ultranationalisme.

Mais en réalité, ces jeunes ne défendent pas la Chine, encore moins les Chinois. Ils défendent avant tout leur gouvernement. Car qu’est-ce qui les irrite? Qu’on ciritique les violations des droits de l’homme et la répression. Donc au final, ils sont un rempart, une pièce du Parti communiste pour lui donner un semblant de légitimité. Vous trouvez que j’exagère? Regardez ce vidéo du relais de la torche olympique à Séoul, en Corée du Sud. Un, je dis bien un, manifestant pro-Tibet se fait lyncher par une foule de gardes rouges. Heureusement, le gouvernement sud-coréen a ouvert une enquête.

Read Full Post »

Relais de la flamme olympique à San Francisco.Partout où elle va, la torche olympique traîne un dispositif de sécurité à rendre jaloux n’importe quel dirigeant. C’est à croire que son existence vaut plus que la vie d’un être humain, plus que la vie d’un être humain au pouvoir.

Ethan Gutmann, dans l’article que j’ai affiché dans mon dernier billet, semble avoir vu juste. La balade de la flamme olympique partout dans le monde, une scène sans précédent depuis qu’Hitler a institué la tradition en 1936, a pour but de montrer un certain « nouvel ordre mondial » où la Chine reprendrait son poste antique d’empire du Milieu.

Pour des Chinois, c’est source de fierté. Mais pour ceux qui acceptent de voir le régime chinois pour ce qu’il est, une dictature brutale ayant pris la vie de 80 millions en 60 ans, il n’y a rien de réjouissant.

Cette action toute politique de parader le symbole d’Olympiques controversées dès leur octroi, ne pouvait qu’engendrer une réponse miltitante. Il n’y a pas eu de « politisation » du truc. La déviation vers le politique n’est pas neuve. Les Jeux étaient politiques à Berlin, ils l’étaient aux États-Unis, à Tokyo, à Montréal, à Moscou, à Séoul, etc. Alors cessons de nous perdre dans des débats de « politisation du sport ». C’est un argument battu depuis longtemps.

Puis nous le savons bien, il n’y pas de pureté dans le milieu. Drogue, triche, commanditaires, compétition patriotique… Le plus vil de l’être humain côtoie de peine et de misère des idéaux que même ceux qui doivent les faire respecter ne sont pas à même de saisir : « dignité humaine », « droits de l’homme », « développement pacifique », etc.

« Aucun symbole politique n’est autorisé dans les enceintes olympiques », c’est la règle du CIO, tandis que s’opère une véritable campagne massive de lessivage des cerveaux à travers une commercialisation intensive de la grande messe sportive.

La torche au Pakistan.Au Pakistan, ils n’ont même pas osé sortir la torche du stade où le peu fréquentable Musharraf a pu mettre ses mains sur l’objet de la honte. La torche doit passer dans les mains d’amis du régime. Vous me direr que Musharraf est un pion de Washington, certes, mais le Pakistan a des liens historiques beaucoup plus profonds avec le Parti communiste chinois (PCC).

Puis l’Inde, qui recevra la torche le 17 avril, se vante d’être la « plus grande démocratie du monde ». D’un côté, elle détruit l’argument pro-dictature chinoise qui dit que seule un régime totalitaire peut gouverner une masse de gens d’un milliard. Mais d’un autre côté, l’Inde court bassement après ses propres intérêts et n’est pas digne d’être l’héritière du Grand Mahatma Ghandi. Elle a fermé, puis fermé les yeux sur les massacres en Birmanie, pour des raisons géostratégiques. Puis elle réprime, puis réprime les Tibétains sur son territoire pour des raisons commerciales.

Après avoir vu les relais de Londres et Paris, je me suis dit : « Oh lala, avec une telle répression, quelqu’un va être tué avant que la torche n’arrive à Pékin. » C’était peut-être sur-estimer la capacité des forces de l’ordre d’appliquer des méthodes communisto-fascistes, mais bon… le portrait n’est quand même pas jojo.

Read Full Post »